Comment obtenir une bonne note sans se fatiguer
ou: l'art de répondre à une question à développement

Table des matières
 
 

Marché des changes

Causes et conséquences de la dépréciation d'une devise

Le taux de change dépend de l'offre et de la demande d'une devise. Lorsqu'un pays exporte beaucoup et lorsque les capitaux entrent dans le pays, il y a une appréciation du taux de change. À l'inverse lorsqu'un pays importe beaucoup ou lorsque des capitaux sortent du pays, le taux de change s'apprécie.

[2] Les conséquences d'une dépréciation du taux de change sont que nos produits deviennent plus attrayants pour l'étranger. Donc, on exporte plus. Pour cela on doit engager de la nouvelle main-d'œuvre, ce qui crée des emplois. Par conséquent, le chômage diminue.

[3]

[4] Également, la dépréciation du taux de change redresse la balance courante.

[5] Le rôle de la banque centrale est de stabiliser le taux de change car les fluctuations créent une incertitude aux agents qui font affaire à l'étranger. Elle peut aussi agir sur le taux d'intérêt en le faisant monter ou baisser. Lorsque la banque centrale augmente le taux d'intérêt afin d'attirer les capitaux étrangers, cela entraîne une offre de la devise et fait monter le taux de change.

[Travail préparatoire présenté par une étudiante de Cégep en 2002. Texte intégral, authentique et non remanié.
Page créée le 2002-11-28]


 

Reconstitution du plan

Même si le texte contient quelques petites maladresses et néglige certains aspects de la question, il repose sur un plan excellent. On a donc peu de difficulté à suivre l'auteur.

  • [1] Le taux de change est le prix d'une devise sur le marché. Sources de la demande et de l'offre de devise: commerce international et mouvements de capitaux.
  • [2] La dépréciation de la devise stimule les exportations et l'emploi.
  • [3] La dépréciation fait ralentir les importations. Elle ravive aussi l'inflation, surtout si les importations représentent une proportion importante du PIB. [partie manquante]
  • [4] La dépréciation provient souvent d'un déficit du commerce extérieur (exportations < importations, donc demande de devise < offre de devise). D'après [2] et [3], la dépréciation permet un rééquilibre automatique du commerce extérieur. [partie incomplète]
  • [5] Rôle de la banque centrale: les conséquences de la dépréciation sont trop sérieuses pour qu'on se fie uniquement au mécanisme (insuffisant) décrit en [4]. Mode d'intervention de la banque centrale.

  •  

    Commentaire

    L'auteur respecte bien les règles de la composition: simplicité, exhaustivité (en bonne partie), mouvement et cohésion.

    Même s'il est parfois un peu sec, le style possède deux qualités essentielles: simplicité et efficacité. On sent cependant une fatigue vers la fin [5]. Le dernier paragraphe pourrait être reformulé comme suit.

    [5] Les fluctuations du taux de change nuisent au commerce et aux investissements internationaux, car ils introduisent une incertitude supplémentaire dans les prises de décisions. C'est pourquoi la banque centrale cherche à stabiliser le taux de change à court terme, notamment par l'intermédiaire des taux d'intérêt. Une hausse des taux d'intérêt permet en effet d'attirer des capitaux étrangers, ce qui entraîne une demande supplémentaire de la devise nationale sur le marché, et un redressement du taux de change. De façon similaire, la banque centrale fait baisser les taux d'intérêt pour freiner une appréciation excessive de la devise nationale.


     


    Pour usage personnel seulement
    © Renaud Bouret