Vers la page d'accueil...

Méthodes quantitatives en Sciences humaines
Renaud Bouret - Éditions Chenelière/McGraw-Hill

 

La terre
Entrées et sorties de voyageurs au Canada (1986-2006)

Note : Ce sujet est repris, de façon plus succinte, dans un document plus récent, qui couvre aussi l’année 2012 et qui donne accès au chiffrier original.

★ ★ Données chronologiques, indices

Pas d'idées pour la recherche en méthodes quantitatives? Voici ce qu'il est possible de réaliser en peu de temps. Il suffit d'aller à la pêche et de compter un peu sur la chance pour ne pas rentrer bredouille. Pour un premier essai, nous avons choisi un coin propice : Cansim.

Après avoir consulté la liste des sujets, nous avons extrait de Cansim un tableau intitulé Voyageurs internationaux, dont le titre nous a inspiré. En toute logique, un voyageur international doit traverser la frontière : nous aurons donc des mouvements en direction du Canada et à destination de l'étranger. Une autre évidence s'impose : le Canada ne partage sa frontière terrestre qu'avec un seul voisin, les États-Unis. Ceux qui traversent cette frontière peuvent aisément faire un aller-retour dans une même journée. Nous avons donc choisi de nous concentrer vers des clients plus sérieux (ils passent au moins une nuit à l'étranger) et beaucoup moins nombreux­ (on peut les considérer comme de « vrais » voyageurs).

 

Après ce petit remue-méninges, et pour ne pas trop nous encombrer, nous avons extrait des données de Cansim en nous basant sur deux dimensions : arrivées ou départs; États-Unis ou autres pays étrangers; cela nous fait en tout 2 × 2 = 4 variables. Nous avons sélectionné toute la période disponible, soit les années 1986 à 2005. Les données étaient d'ailleurs trimestrielles, ce qui semble intéressant compte tenu du sujet traité. La figure ci-contre nous donne déjà une idée générale de la situation.

 

Une fois ce portrait général brossé, nous avons tenté de représenter l'évolution de nos quatre variables. Pour mieux comparer les États-Unis aux autres pays étrangers (dont les valeurs sont très éloignées), nous avons converti les données en indices dont la base correspond au premier trimestre disponible. On remarquera immédiatement que les données fluctuent selon les saisons, ce qui n'est pas pour nous étonner. Malgré les soins apportés à sa mise en forme, notre graphique reste un peu confus. Nous avons donc décidé d'en créer plusieurs copies afin de les simplifier.

 

Dans cette première copie du graphique, nous nous sommes restreints aux États-Unis. Il nous a suffit de supprimer les courbes qui nous gênaient. Plusieurs éléments apparaissent immédiatement.

 

Cette fois, nous nous penchons sur les échanges touristiques avec les autres pays.

 

Dans notre petite ébauche de recherche, nous avons utilisé beaucoup de logique et peu de mathématiques. C'est tout le secret des méthodes quantitatives. En quelques minutes, nous avons découvert bien des choses intéressantes. De quoi nous donner le goût d'aller plus loin. Pensons aux autres pays, aux autres époques, aux voyages interprovinciaux, aux dépenses et aux recettes du tourisme, aux infrastructures nécessaires, aux moyens de transport, etc. etc.

 


© Ces pages sont réservées aux détenteurs du manuel Méthodes quantitatives et sciences humaines (Renaud Bouret, éditions Chenelière - McGraw/Hill). Elles sont fournies à titre gracieux et peuvent contenir des erreurs ou des données périmées. Cégep.net ne pourra être tenu responsable de leur utilisation.
Les données chiffrées sont la propriété des organismes cités en source.