Vers la page d'accueil...

Méthodes quantitatives et Sciences humaines
Renaud Bouret - Éditions Chenelière/McGraw-Hill

 

Individu et société
Exploitation des enfants

★ Relations entre variables.

Le texte suivant est extrait de l'étude Le garçon invisible (par Frederick Mathews, Ph.D., C. Psych.). On trouvera de la documentation supplémentaire sur le site de l’Agence de santé publique du Canada.

(...) « En 1984, le gouvernement fédéral a publié une étude en deux tomes, maintenant très connue, Infractions sexuelles à l'égard des enfants (ou Rapport Badgley). De nombreux aspects de la victimologie masculine détaillés dans cette étude à l'échelle nationale n'ont toujours pas été portés à l'attention du public ou même des milieux professionnels. Un coup d'oeil sur certaines des données de prévalence que l'on y trouve permet un constat étonnant sur la prévalence des victimes masculines d'abus sexuels. »

« Si l'on prend comme point de départ les résultats de l'étude en matière de prévalence, on constate qu'un homme ou garçon sur trois (33 %) et qu'une femme ou fille sur deux (50 %) ont affirmé avoir été victimes d'attouchements sexuels non désirés durant leur vie. De ces incidents, environ 4 sur 5 se sont produits durant l'enfance ou la jeunesse du sujet. Sur une population canadienne que nous placerons à 29 millions, divisée également par sexe, ces pourcentages livrent les taux de prévalence suivants (…). [Tableau à reconstituer en exercice]

« À partir de ces simples calculs, on peut voir qu'il y a près de cinq millions de garçons ou d'hommes au Canada qui ont été victimes d'une forme quelconque d'attouchements sexuels non désirés. On peut considérer qu'il s'agit là d'une estimation minimale étant donné que la victimologie masculine souffre d'un déficit des signalements plus aigu que dans le cas des femmes. »

« Dans la catégorie des agressions sexuelles, quelque 3 victimes sur 4 dans l'étude étaient de sexe féminin, dans 1 cas sur 4 il s'agissait donc d'un garçon. L'étude Badgley a également constaté que la proportion des victimes masculines d'agressions sexuelles augmente avec l'âge, alors que les signalements diminuent, et dramatiquement, après la puberté. Dans l'Enquête nationale sur la santé de la population, 90 % des garçons/hommes et 75 % des filles/femmes n'avaient pas signalé l'expérience subie. Dans l'ensemble, les victimes féminines étaient deux fois plus susceptibles de le faire. »

 

Questions

1. Reconstituez le tableau manquant dans le texte (attouchements non désirés).

 

Réponses…

 


© Ces pages sont réservées aux détenteurs du manuel Méthodes quantitatives et sciences humaines (Renaud Bouret, éditions Chenelière - McGraw/Hill). Elles sont fournies à titre gracieux et peuvent contenir des erreurs ou des données périmées. Cégep.net ne pourra être tenu responsable de leur utilisation.
Les données chiffrées sont la propriété des organismes cités en source.