Vivre en français au Québec

 

Office de la Langue française

 

 

位于美洲大陆东北部的魁北克,汇集了欧洲和美洲的重要文化流派及经济体系。这使得它在众多领域成为欧洲及美国之间的枢纽。

魁北克的居民为七百四十万,占加拿大人口总数的25%。在魁北克80%的人以法语为母语,约10%的人以英语为母语,除此之外的主要母语还有意大利语,西班牙语和希腊语。有相当一部分的魁北克人同时掌握法语和英语乃至第三种语言。

在我们这个时代,各国之间的交往不断增加,信息传播的影响不断增强,使得原本多彩的文化日渐单一曾经丰富的世界语言宝库日趋贫乏。因此在美洲大陆保留一个发育的社会有着非常积极的意义。

 

Situé au nord-est du continent américain, le Québec est au

confluent des grands courants culturels et commerciaux de

l’Europe et des États-Unis. Cette situation lui permet

d’ailleurs d’agir dans différents domaines comme interface

entre l’Europe et les États-Unis.

Avec ses 7,4 millions d’habitants, le Québec représente 25 %

de la population canadienne. Plus de 80 % de la population

a le français comme langue maternelle, près de 10 %

l’anglais, et 10 % une autre langue, notamment l’italien,

l’espagnol et le grec. On compte une proportion importante

de la population qui maîtrise le français et l’anglais, et

souvent même une autre langue.

Dans une ère où la mondialisation des échanges et l’influence

grandissante des communications tendent à entraîner une

homogénéisation des cultures et un appauvrissement du

patrimoine linguistique universel, la présence d’une société

francophone en Amérique est un actif pour l’Amérique du

Nord.

 

位于 wèiyú: se trouver, être situé

美洲 Měizhōu: Amérique

大陆 dàlù: continent

魁北克 Kuíběikè: Québec

huì: se joindre, expédier, change

jí: réunir, rassembler, foire, recueil

欧洲 Ōuzhōu: Europe

经济 jīngjì: économie

zhòng: nombreux, innombrable

领域 lǐngyù: territoire, domaine

美国 Měiguó: États-Unis

枢纽 shūniǔ: nœud

居民 jūmín: habitant, population

zhàn: occuper, constituer, s'emparer

加拿大 Jiānádà: Canada

yuē: convenir, inviter, fixer un rendez-vous, environ, traité

英语 yīngyǔ: anglais

cǐ: celui-ci, ici

西班牙 Xībānyá: Espagne

希腊 Xīlà: Grèce

掌握 zhǎngwò: posséder, acquérir, maîtriser, prendre en main

乃至 nǎizhì: même, mais encore

交往 jiāowǎng: fréquenter

不断 búduàn: constamment, sans cesse, continuellement, sans interruption

增加 zēngjiā: augmenter, accroître, ajouter

传播 chuánbō: diffuser, propager, répandre

影响 yǐngxiǎng: influencer

增强 zēngqiáng: renforcer, fortifier

日渐 rìjiàn: chaque jour davantage

曾经 céngjīng: avoir déjà

丰富 fēngfù: riche, abondant, enrichir

世界语 shìjièyǔ: esperanto

bǎo: trésor

kù: dépôt, magasin

日趋 rìqū: de jour en jour, chaque jour davantage

pín: pauvre

fá: manquer de, faire défaut

因此 yīncǐ: donc, par conséquent

保留 bǎoliú: garder, maintenir, réserver, retenir, réserve

发育 fāyù: croissance, développement

积极 jījí: positif, actif, enthousiaste

 

 

Il y a vingt ans, l’Assemblée nationale du Québec adoptait

la Charte de la langue française. Cette loi linguistique visait

à réaffirmer la volonté de la majorité des Québécois de faire

du français la langue normale et habituelle du travail, de

l’enseignement, des communications, du commerce et des

affaires.

Il s’agissait de protéger la langue française et de favoriser

son épanouissement dans le contexte nord-américain, sans

vouloir pour autant isoler le Québec. Au contraire, tout en

cherchant à préserver son identité, sa culture et sa langue,

le Québec s’est plus que jamais ouvert au reste du monde

au cours des dernières décennies.

Cette affirmation de la volonté de vivre en français s’est

faite dans le respect des institutions de la communauté

d’expression anglaise et des nations autochtones et en tenant

compte des autres cultures présentes sur le territoire

québécois. La législation linguistique encourage leur contribution

au développement et au rayonnement du Québec,

en créant un espace de vie cohérent dont elles se sentent

parties prenantes.

Si le Québec a dû se doter d’une telle législation pour

préserver son identité, c’est que la situation de la langue

française dans le grand ensemble nord-américain est précaire

et doit faire l’objet d’une vigilance constante. En effet,

les quelque six millions de Québécois francophones,

majoritaires à l’intérieur de leur territoire, constituent une

petite minorité en Amérique du Nord. Les Québécois sont

entourés de 300 millions d’anglophones. La vigilance s’impose

particulièrement dans la région métropolitaine de

Montréal, où se concentrent la population anglophone et la

grande majorité des immigrants. Par ailleurs, des réalités

nouvelles touchant les technologies de l’information et l’internationalisation

des échanges posent de nouveaux défis à

l’emploi du français, non seulement au Québec mais dans

tous les pays de la francophonie.

La politique linguistique vise à faire du français la langue

publique commune par laquelle s’exprime la vitalité culturelle,

scientifique et économique du Québec tout en affirmant

également l’ouverture aux autres langues et cultures.